• alainaubin-pilote-copyright-mariusaubin.jpg
  • alainaubin-cerveteri-copyright-max-minniti.jpg
  • AlainAubin-PanoDesperateSingers-copyright-AgnesMellon.jpg
  • AlainAubin-3soeurs-copyright-max-minniti.jpg
  • AlainAubin-StMalo-copyright-maxminniti.jpg
  • AlainAubin-soleil-copyright-maxminniti.jpg
  • AlainAubin-StPons-copyright-maxminniti.jpg
  • AlainAubin-sardaigne-copyright-maxminniti.jpg
  • AlainAubin-Sormiou-copyright-maxminniti.jpg
  • alainaubin-cambodia-copyright-maxminniti.jpg
  • AlainAubin-accoude-copyright-maxminniti.jpg
  • alainaubin-pieds-copyright-maxminniti.jpg

> RENCONTRES

Passeurs...

Trois sœurs...

En scène!...

 

Un artiste est comme une éponge, son enveloppe est fragile, perméable. Cette porosité permet une forme d'alimentation permanente. Les rencontres font partie de cet enrichissement. Je suis fait de toutes les personnes qui m'ont aidé à me construire et je voulais leur rendre ici cet hommage. J'ai eu beaucoup de chance, à commencer par des professeurs artistes, passeurs généreux et impliqués : tout d'abord celui qui m'a enseigné le hautbois, je devrais dire la musique, Roger Raynard; un paragraphe lui est consacré dans ma rubrique pensées. Mais aussi l'espiègle Raymond Deschamps qui m'a ouvert les portes de la musique de chambre. Les deux professeurs qui m'ont fait adorer le solfège et l'écriture musicale: le compositeur Georges Bœuf qui a encouragé mes premiers désirs en musique et la plus que dévouée Adrienne Égretaud pour qui le solfège et les élèves représentaient une grande partie de sa vie. Danièle Sainte-Croix et Daniel Roth, qui ont développé mon goût pour l'écriture, et puis Christine Prost, que j'ai suivie, du Lycée à l'Université, et dont l'immense culture musicale m'a permis d'aller bien au-delà de mes préjugés.


1ElisabethSandri-AlainAubinElisabeth Sandry, premier et dernier professeur de chant, grâce à laquelle je parviens à retrouver une bonne émission, chaque fois que j'ai besoin de me recentrer si je ressens ma voix un peu malmenée. Elle toujours est dans mes pensées: son visage me montrant l'exemple, son chant "suppliant" et l'empreinte de sa voix sur la mienne me guident.
Rudolph Bautz, philosophe du chant, m'a aidé à faire tomber bien des barrières et à comprendre le sens de ce que je fais. Le régal de la langue italienne, je le dois à Paolo Zedda et Alain Garichot m'a montré comment tout trouver en soi-même.


L'expérience italienne...


9virgiliosaxoC'est mon ami Virgilio Villani, grand acteur à l'instinct artistique infaillible, parti bien trop tôt, qui m'a ouvert les portes de Naples, sa dimension ésotérique et son héritage culturel. Il m'a aussi ouvert les portes de sa maison et de sa famille exceptionnelle. Il m'a présenté à son ami Roberto De Simone car il pressentait que cette rencontre serait fertile. Mon CD Vilaines villanelles lui est dédié.


robertoMa rencontre avec Roberto De Simone est un grand moment de ma vie d'artiste. C'est avec une véritable fascination que je suis entré dans l'univers de cet homme qui rassemble un compositeur espiègle qui se joue de tous les styles, un ethno musicologue de référence, un grand metteur en scène d'opéra et un historien. La ville de Naples est son microcosme. Roberto m'a fait débuter au San Carlo de Naples dans un opéra de Donizetti: me voici dans ce temple du Bel Canto, entouré de grandes voix, et dans un rôle de protagoniste. Plus tard, il m'a aussi invité comme acteur dans Eleonora, avec Vanessa Redgrave, immense fresque sur la Révolution Parthénopéenne de 1799. Puis ce sera l'Histoire du soldat de Stravinsky et Il Combattimento de Monteverdi à l'Opéra de Rome. Roberto m'a conduit sur le chemin du rapprochement entre la voix parlée et la voix chantée. Cette ambigüité chez le contre-ténor, capable d'incarner à la fois le féminin et le masculin le passionne. Il m'a toujours imaginé dans les personnages les plus inattendus. Par exemple, le rôle de Sofia, la Reine douze fois enceinte dans Il Re Bello qu'il a écrit pour ma voix et que j'ai créé à Florence. Roberto De Simone, tout à la fois espiègle et rigoureux, m'a transmis le sens absolu du rythme dans le jeu; c'est en musicien qu'il s'adresse aux acteurs. À ses côtés, le double sens des mots du chant m'est apparu limpide: incantation, invocation, enchantement, inspiration, expirer, insuffler, émission, émotion, émoi...

 

 

 

 filet-noir

peter1C'est avec une extrême bienveillance que Peter Eötvös m'a transmis le rôle d'Olga, l'aînée des Trois Sœurs de son opéra, adaptant parfois la ligne de chant pour me permettre d'aller plus loin dans l'expression. Ce compositeur est une exception. Son écriture, pourtant complexe et très avancée dans l'évolution du langage musical, touche réellement, elle traverse ses interprètes ainsi que les auditeurs. J'ai chanté ce rôle pendant plusieurs années, ce qui m'a donné le temps de comprendre sa démarche. Rien dans sa musique n'est fait pour prouver quoi que ce soit; Peter est au-dessus des conflits de styles ou de quelconque démarche volontariste. Sa musique dans les Trois sœurs évoque les non-dits et le ressenti des personnages; c'est un véritable cadeau pour celui qui joue le rôle. Une leçon d'humanité.

 

kentC'est sous la direction de Kent Nagano que nous avons créé Trois Sœurs. Diriger cette partition demande des facultés hors du commun, et j'ai été impressionné par la précision et l'élégance de ce chef d'orchestre. Notre fascination à créer l'œuvre de Eötvös a irradié cette période de travail. Kent m'a dirigé à nouveau dans le concerto pour violon et contre-ténor de Giya Kancheli, sur le sonnet de Shakespeare "And farewell goes out sighing", en duo avec ce génie du violon qu'est Gidon Kremer.
J'ai eu plusieurs fois la chance d'être dirigé sur scène par des chorégraphes (Andy Degroat, N+N Corsino, Karine Saporta, Hideyuki Yano). La vision très distanciée qui résulte de la rencontre de ces deux langages peut atteindre des sommets inattendus.


amagatsuCe fut le cas avec Ushio Amagatsu, chorégraphe créateur de la compagnie Sankai Juku qui a signé la mise en scène des Trois Sœurs. Par une économie de moyens, doublée d'une grande exigence, les personnages se sont mis à exister de façon bien plus aigüe que par tout autre approche psychologique. Nous avons travaillé les personnages d'Irina, Macha et Olga, avec des fils à plomb attachés à nos mains. Le pari consistait à se déplacer sans jamais faire balancer les fils! La lenteur nécessaire à cette contrainte a installé un rapport au temps presque surnaturel, une économie de moyen frôlant la transe. Ce "lissage" de tout geste inutile a fait exploser les émotions de ces trois femmes, tout en créant la distance idéale pour les faire interpréter par trois hommes.

 

 

 filet-noir

4catherineMarnas-copyright-maxminnitiQuant à Catherine Marnas, j'ai réellement appris avec elle la notion du collectif sur un plateau, celle de l'écoute et de la présence; "être là" prend tout son sens dans sa direction d'acteur. Le travail avec elle totalement a réorienté ma notion du spectacle. Une telle intimité dans sa recherche, une telle confiance, que les barrières tombent, et tout paraît possible. Elle m'a mis en scène dans deux opéras de Raoul Lay, puis m'a sollicité pour composer les musiques de scène de Sainte Jeanne des abattoirs (2006), La perdrix mâle et la perdrix femelle (2008) et l'Affaire de la rue Lourcine (2010).


5Copi2En 2013 c'est Copi qui nous réunira à nouveau avec le projet El Cachafaz, dans le cadre d'une coproduction Cie Parnas et Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture. Cette ultime pièce de Copi écrite en espagnol, met en jeu trois chœurs et trois personnages. J'en ai composé la musique avec l'idée de réunir les amis artistes qui ont souvent croisé mon chemin et dont j'admire le talent et le tempérament: Catherine marnas, Edith Traverso, Carlos Calvo, Max Minniti, Renaud Golo, Julien Duval, Brigitte Cirla, Brigitte Fabre, Etienne Jesel, Jean-Marc Fabiano, Jean-Bernard Rière, Marie-Laurence Rocca, Magali Rubio, Josette Pisani, Aurélien Desclozeaux, Yoann Goujon, Nicolas Mazmanian.

francoise-chatot-et-andonisFrançoise Chatôt, comédienne, metteur en scène passionnée de musique, m'a plusieurs fois invité dans sa saison comme chanteur. Roméo et Juliette a été notre première collaboration en 2011, riche d'échanges et d'amitié. Dans son projet Macbeth en 2013, elle me laisse une grande liberté. Mise en scène et composition avancent d'un même pas à travers une lecture très contemporaine. C'est une véritable œuvre d'éducation populaire qu'elle a réalisé en codirigeant le Théâtre Gyptis avec Andonis Vouyoucas.

La mise en scène emprunte mille chemins très divers; chaque metteur en scène a le sien: le rythme, le corps, le mental, le collectif, la mémoire affective, le texte, le sous texte, l'espièglerie ou la sensualité. Chaque metteur en scène a sa logique de travail. Chacun m'a prêté ses outils et ses méthodes d'approche: Andy De Groat, son imaginaire fantasmagorique. Christian Fregnet, qui a guidé mes premiers pas sur scène, dans Orfeo, avec quelle intelligence et quelle bienveillance! Daniel Mesguish, qui m'a aidé à jubiler dans le jeu de scène, en dépit d'un opéra dont la musique m'ennuyait profondément. Renaud-Marie Leblanc, son esthétique si raffinée, dans La mort de Kikky, un opéra dans lequel je jouais le rôle d'un sanglier apprivoisé!...

 

Des artistes, des ami(e)s...

Être soliste sous la direction d'un chef d'orchestre, c'est comme danser en couple; chacun laisse une empreinte: Eduardo Caldas, Jacques Chalmeau, Amaury Du Closel, Peter Eötvös, Philippe Herreweghe, Joseph Lamarca, Raoul Lay, Peter Maag, Jean-Claude Malgoire, Kent Nagano, Sarkis Paloyan, Kwamé Ryan, et bien d'autres ont influencé ma façon de construire une ligne de chant, de ciseler les phrases, de trouver ma liberté d'interprète...


jacquesChef d'orchestre, pianiste et éditeur de musique, Jacques Chalmeau m'a dirigé dans Solomon de Haendel, et accompagné au piano dans plusieurs récitals. Sa brillante interprétation du Roméo et Juliette de Prokofiev, avec l'Orchestre Philarmonique du Pays d'Aix m'a particulièrement ému. Ses encouragements à écrire de la musique m'ont porté en avant. Il dirigera AOÏDÉ! mon oratorio marseillais, le 12 janvier dans la Cathédrale de la Major, pour la cérémonie d'ouverture de l'année MP2013 Capitale européenne de la culture.


raoul lay c agnes mellonCe compositeur talentueux a un vrai projet d'éducation populaire pour la musique contemporaine. J'ai chanté plusieurs années avec Raoul Lay et l'Ensemble Télémaque: deux magnifiques opéras de lui (La Jeune fille aux mains d'argent et Le Pacte de pierre) mais aussi les Folk songs de Luciano Berio, l'Hommage à Klaus Nomi d'Olga Neuwirth et L'Amour sorcier que je n'aurais jamais osé aborder sans l'audace de Raoul, sa curiosité et son goût prononcé et si juste pour la transgression.


christopheUn compositeur m'envoie un jour une partition; dès les premières notes déchiffrées, je ressens une telle évidence dans la ligne de chant, une telle liberté dans l'écriture que j'ai décidé de la mettre à mon répertoire. Christophe Mauro, a composé cette œuvre inspirée par la Divine Comédie de Dante Alighieri. Le CD d'Une Divine Comédie vient de sortir; j'y dialogue avec le comédien italien Fosco Perinti.

 

marie-ange2Marie Ange Jannuccillo, qui aurait cru que mon chemin croiserait celui de cette rockeuse, fondatrice du groupe Léda Atomica? Son lieu à Marseille accueille avec générosité de nombreux artistes. Nous avons mis en parallèle le récit de nos deux enfances, de nos deux parcours dans un spectacle chanté et raconté "Les Voix citoyennes". Une artiste engagée et une pédagogue passionnée.

 

nicolasmazmanianUn premier récital en milieu carcéral et dans des conditions difficiles avec Nicolas Mazmanian a suffi pour que naisse notre duo et notre confiance réciproque. Ce pianiste virtuose est aussi compositeur. Nous n'avons pas besoin de nous dire les choses, nous ressentons la musique de la même façon. Le répertoire argentin que nous interprétons depuis plusieurs mois sera bientôt enregistré.

 filet-noir

3magalidamonteMagali Damonte, cette immense Carmen à la scène, m'a donné la chance de former avec elle un duo : Mezzo / Contre-ténor, une association rare et combien sensuelle faite de complicité et d'admiration réciproque. Notre duo dans la Calisto en est un bel exemple. Elle a été ma Reine de Saba quand j'ai chanté Solomon de Haendel avec les chœurs et orchestre de l'Opéra de Marseille dirigés par Jacques Chalmeau.

 

6edmonde-copyright-maxminnitiEdmonde Franchi, amie indispensable, comédienne et auteure engagée, est connue pour ses monologues peuplé de personnages désopilant et/ou bouleversants. Elle m'a imaginé en Lola et mis en scène dans son Cabaret Rose et Carré Blanc (2006), où j'ai appris des tas de choses. Puis j'ai écrit les arrangements et dirigé le chœur de CarmenSeitas (2009).


jean-paul-serraNous avons commencé par Les leçons de ténèbres de Couperin en 2000. Jean-Paul Serra et moi n'avons cessé depuis d'explorer avec bonheur les répertoires baroques les plus originaux. Notre CD Vilaines villanelles est l'exemple de notre connivence.

murielMuriel Tomao, une voix sœur; nos deux timbres sont si proches que lorsque nous chantons ensemble, il arrive que l'on croie chanter la partie de l'autre. Nous avons enregistré la première version des Nuits d'été à Pausilippe de Gaetano Donizetti. Dans Solomon elle était la Reine d'Egypte.

2NenaVenetsanou-callelongueNena Venetsanou avec laquelle j'ai eu le bonheur et l'honneur de chanter des poèmes de Cavafy est une des voix les plus fascinantes qu'il m'ait été donné d'entendre. Une grande interprète grecque de la chanson d'auteur.

 

gerardGérard Leberre. Il dirigeait le Festival Aix en Musique à Aix en Provence et a été le premier à me confier la mise en scène d'opéras; trois années de délices, avec Orfeo ed Euridice (1991 et 1992) puis Telemaco (1992) de Gluck, et la Calisto (1993) de Cavalli. Je chantais dans chacun de ces opéras, un rôle de protagoniste; je sais que c'est possible.


odileOdile Lecour, a créé le Festival "De Vives Voix". Cette grande amoureuse du chant et des artistes m'a confié une carte blanche. C'était une soirée pleine de douceur et d'amitié. Il y a eu des moments de sevillana, de tai-chi, de chants du monde, de polyphonies, et un récital en duo avec Magali Damonte et Jacques Chalmeau au piano. Edmonde Franchi, Michèle Fernandez, Déborah Nabet, Aram Petrossyan ont ajouté leurs magnifiques voix à cette fête. Puis comme toujours avec Odile, des mets délicieux issus des cuisines du monde. Elle a aussi imaginé une rencontre entre Émilie Lesbros, Maria Simoglou, Gino Sitson et moi. Avec le précieux talent d'Emmanuel Cremer au violoncelle, nous avons inventé ensemble Vocal Déliria Extended, un subtil jeu improvisé.


9ApollineQuintrand-copyright-ma-255E15Apolline Quintrand, directrice du Festival de Marseille a largement adhéré à ma démarche consistant à mêler les langages et les genres. Sa confiance, sa complicité artistique ont été précieuses. Plusieurs éditions de son Festival (FdDAmM) ont vu naître Lambaréna, Mozart l'égyptien, La Jeune fille aux mains d'argent et Prendre Corps de Lucien Guérinel.


11Bernard-Souroque-Nimes-fevrier-1995Bernard Souroque m'a "embarqué" plusieurs fois dans de folles histoires! De grandes manifestations urbaines, préparant des chœurs amateurs, les dirigeant, les chorégraphiant parfois au porte voix, dans des stades, en plein Mistral. Magnifique partage jubilatoire! Pour la fête d'ouverture de l'année Marseille-Provence 2013, il m'a confié la composition de AOÏDÉ! (oratorio laïque) qui sera créé dans la Cathédrale de la Major le 12 janvier.